Catégories
Actualités

Questions et réponses avec Jamilah Pitts, éducatrice antiraciste

Dans le deuxième webinaire de la série de conférenciers Teach For Justice en six parties de TpT, «Un entretien avec les enseignants: comprendre le« pourquoi »et par où commencer le travail antiraciste dans les écoles», les enseignants de la communauté TpT ont eu l'occasion d'entendre les – Jamilah Pitts, consultante en éducation raciste. Jamilah a une formation d'éducatrice, de concepteur de programmes et d'écrivain, et elle forme et encadre des éducateurs sur des pratiques d'enseignement antiracistes, adaptées à la culture, équitables et réparatrices. Au cours du webinaire, elle a partagé de puissantes leçons sur le racisme dans les écoles, les raisons pour lesquelles tous les éducateurs doivent travailler pour être antiracistes dans leur enseignement et les mesures qu'ils peuvent prendre pour confronter et réorienter leur compréhension du rôle des enseignants dans le démantèlement des systèmes d'oppression. Si vous l'avez manqué, assurez-vous de regarder le webinaire complet ici.

À la fin de son discours, Jamilah a répondu aux questions de la communauté TpT sur la lutte contre le racisme dans l'éducation. Voici les questions que vous avez posées et la sagesse et les conseils que Jamilah a dû partager.

Questions-réponses avec Jamilah Pitts et la communauté TpT:

Quelle est une chose que vous voulez vraiment que les téléspectateurs de ce webinaire emportent avec eux?

C’est une question difficile et aussi une très bonne question. Je pense spécifiquement aux enseignants, et aux éducateurs en général, osant penser différemment (…) Autour de ce que signifie être enseignant et de ce que signifie éduquer. Pendant si longtemps, nos idées sur ce que signifie être enseignant sont si opposées au travail dont nous avons vraiment besoin (à faire) pour provoquer un changement systémique et durable. (…) Les enseignants sont des leaders. Si vous pensez à la durée de votre carrière d’enseignant, pensez simplement au nombre d’étudiants avec lesquels vous êtes entré en contact et à la façon dont vous avez influencé et façonné leur esprit, ce qu’ils pensent, ce qu’ils font. C'est ça le pouvoir. Si nous pouvons penser différemment, nous pousser à penser différemment à mon rôle lorsque je me présente devant des étudiants, le pouvoir et le privilège en cela, la façon dont je perpétue quelque chose ou je démantèle quelque chose – comment pensons-nous différemment notre rôle? Et, honnêtement, se demander si c'est le rôle dans lequel nous devons jouer.

Pendant le webinaire, vous recommandez aux enseignants de commencer leur travail antiraciste avec eux-mêmes – en réfléchissant à leurs croyances personnelles, leur état d'esprit, leurs pratiques et leurs préjugés. Quelles stratégies spécifiques les éducateurs peuvent-ils adopter pour l'auto-examen et l'auto-réflexion?

J'ai commencé (cet entretien) avec un travail de respiration très intentionnellement. Nous respirons tous. Nous pouvons tous participer au travail de la respiration. (Le souffle) nous permet de faire une pause et d'aller vers l'intérieur et de nous connecter avec le soi. Il n'y a aucun moyen que nous puissions le faire efficacement sans nous examiner nous-mêmes, puis en examinant la façon dont nous avons un impact et apparaissons dans (le) monde.

En tant qu'ancien professeur d'ELA, je pense que les livres sont extrêmement importants. Cela nous permet de nous engager dans un discours et d'ouvrir vraiment notre esprit d'une manière qui semble un peu plus sûre pour certains d'entre nous (…). Et je pense qu'il est important d'engager des conversations avec d'autres personnes et de vous immerger dans des communautés où les gens ont des mentalités différentes de la vôtre. Et je pense que c'est vraiment important, surtout si vous avez le privilège d'être devant des étudiants tous les jours, (pour) leur permettre de poser des questions, leur permettre de vous guider d'une manière qui vous mène à un processus plus profond de réalisation de soi. et auto-examen.

Comment puis-je discuter du racisme dans l'éducation et du travail antiraciste avec mes collègues? Comment puis-je influer sur le changement dans mon école?

Nous sommes tous dans des espaces et des lieux différents dans ce voyage. (Dans) certaines écoles à qui j'ai parlé récemment, (les éducateurs) ne veulent pas être licenciés pour avoir participé à ce travail, et ils doivent donc réfléchir à: "Eh bien, comment puis-je m'engager d'une manière, stratégiquement, qui ne va pas non plus me faire perdre mon emploi? » Et donc je pense qu'il y a une stratégie qui doit se produire là-bas. Je reviens à la citation d'Audre Lorde que j'ai lue au début (de cet exposé), que c'est dangereux de ne pas parler. Et c'est comme ça.

Je ne sais pas s'il existe une réponse à l'emporte-pièce sur la façon dont vous commencez à aborder la conversation. Je dirais qu'une chose qui est utile est de penser à la lentille et à l'approche d'un éducateur (lors de l'entrée) dans une conversation dont nous savons qu'elle va être difficile: je ne suis pas ici pour dicter, je suis ici pour engager dans un moment d'apprentissage.

Et je pense que pour certains éducateurs, il s'agit peut-être d'avoir une conversation avec votre administrateur en tête-à-tête. Il s’agit peut-être de former une communauté d’éducateurs partageant les mêmes idées qui sont prêts à vous soutenir et à faire ce travail avec vous afin que vous n’y soyez pas seul. Et pour certains enseignants, très franchement – et j'ai dû être un enseignant qui a parfois fait cela – peut-être que cette conversation et la façon dont vous faites ce travail signifient que vous fermez la porte de votre classe. Ou je sais que nous sommes virtuels en ce moment, (donc) vous fermez la porte de votre classe métaphoriquement. Et vous responsabilisez vos élèves, vous leur apprenez et leur donnez l'espace pour pouvoir ensuite vous rejoindre et vous soutenir.

Comment les enseignants peuvent-ils partager ces réflexions avec leurs élèves?

Je reviens à l'humilité, à la vulnérabilité et à la transparence. Il n'y a rien de mal à dire à vos élèves: «Voici où je suis sur mon chemin», et pour être honnête à ce sujet. Je pense qu'il est plus nocif d'entrer dans un espace et de se positionner en tant qu'expert alors que nous sommes tous encore en train d'apprendre, nous sommes tous très engagés dans ce voyage d'apprentissage et de défaite. Je pense honnêtement que cela revient simplement à être honnête et à partager avec vos élèves: «C'est ici que je suis», car je pense que cela va cultiver et créer un espace pour que vos élèves sachent que (leur) enseignant apprend aussi.

En quoi le travail antiraciste en classe peut-il être différent – ou doit-il être différent – pour les élèves de différents niveaux?

Je pense que l'un des mythes ou des malentendus sur le travail antiraciste et le travail de justice sociale est (qu'il) est tout à fait logique pour les élèves du secondaire, pour les élèves plus âgés, qui sont capables de s'engager dans cette conversation. Mais (…) Si vous pensez même à un enfant âgé de deux ans, il a une idée et il comprend ce que signifie être injuste. Et de la même manière que vous réduirez le contenu et (…) Élaboreriez votre langue (…) Pour enseigner aux jeunes élèves leur alphabet, pour leur enseigner les compétences sociales que vous voulez qu'ils puissent adopter, vous pouvez faire la même chose pour les concepts autour de la justice. Parce qu'ils comprennent ce qui est bien et ce qui est mal, ce qui est juste, ce qui est injuste. Je pense que les histoires sont vraiment, vraiment importantes, mais (…) Aussi ce qu'il y a de beau dans l'enseignement, c'est que c'est une forme d'art. Et alors, comment faire preuve de créativité en adoptant ce concept, ou en prenant cet aspect de l'histoire, et en le présentant – comme vous le faites pour tout autre contenu – d'une manière accessible à tous les étudiants?

Ressources supplémentaires que Jamilah recommande:

Où suivre Jamilah:


Inscrivez-vous ici pour le prochain épisode de la série de conférenciers Teach For Justice, «Au-delà des fondations: mettre en pratique l'éducation anti-préjugés / anti-raciste», avec Scott Thomas. Le webinaire sera diffusé le jeudi 13 août à 19 h HE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *